Hommages à Yann Fiévet décédé ce 30 mars

https://yonnelautre.fr/spip.php?article2507

Amies et amis de Yann
Après un hiver difficile après avoir subi un covid affaiblissant encore ses
capacités respiratoires, Yann a été de nouveau hospitalisé mi-mars et est
décédé ce 30.3.24.
Ses obsèques ont eu lieu ce samedi 6.04.24 à Dieulefit.

Voilà quelques textes d’amis et amie de Yann.
Texte de Bernard LOUP
Texte de Jacqueline LORTHIOIS
Texte de Jean François WOLFF

Bernard LOUP
Il n’était pas besoin, que l’accaparement des terres du Triangle de Gonesse par le groupe Auchan arrive, pour que je rencontre Yann. Je me souviens de ses interventions à la rencontre annuelle d’ATTAC dans la belle prairie de Saint Martin du Tertre à la fin du printemps. Des associations de l’ouest de la Plaine de France, résistaient à l’emprise de la grande distribution, entre autres Carrefour à Domont. Les analyses économiques et sociales de Yann ont conforté l’engagement et les succès de quelques militantes et militants du Collectif Plaine de France Ouest.
Très vite en 2011, après l’annonce du projet EuropaCity, Yann s’est engagé au nom de l’association Toutlemondeilestbio avec les associations d’environnement du Val d’Oise et de la Seine Saint Denis regroupées dans le Collectif pour le Triangle de Gonesse, pour contester ce projet et préserver cet espace agricole. Une aide précieuse, par ses écrits et ses contacts, qui ont représentés la majorité des 150 signataires de la première tribune contre EuropaCity.
Le CPTG lui doit aussi la mise en contact avec la lutte contre le projet de centre commercial Val Tolosa, en région toulousaine. Très vite son association a accueilli dans une salle municipale d’Arnouville les réunions mensuelles du CPTG. Sa plume, son humour et son handicap ont croisé, la plume, l’humour et le handicap de Jacqueline Lorthiois pour produire les sketchs des clowns sur l’absurdité du projet EuropaCity.
Ce samedi 6 avril les anciennes et anciens du CPTG seront par la pensée à Dieulefit exceptée notre amie Florence qui s’est installée dans la ville voisine de Die qui sera présente. Nous adressons toutes et tous notre amical soutien à Jocelyne, sa compagne à qui nous devons une partie de tout ce que Yann nous a donné.
Bernard pour le Collectif pour le Triangle de Gonesse.(CPTG)
Retour en haut de la page

Jacqueline Lorthiois (JA pour les intimes)
SOUVENIRS DU DUO DE CLOWNS JA ET YA
Pour moi, Yann Fiévet, c’était YA. Pour lui, j’étais JA. C’étaient nos deux noms de scène : deux clowns handicapés, certes cabossés par la vie, mais sublimant notre galère par une bonne dose d’humour, bien utile, face à la rigidité des administrations (Tribunaux, Préfectures, Conseils Régional et Départemental, Ministères, Éducation Nationale, intercommunalités, mairies, etc…) et l’incompétence de bien des élus.

J’avais connu Yann un certain 19 Janvier 2011. Le groupe local Europe-Écologie-les Verts m’avait demandé de participer à un débat sur Europacity. A cette époque, j’animais la commission Aménagement du Territoire Ile-de-France d’Europe Écologie les Verts et j’avais publié au cours de l’été 2010 un article critiquant la politique d’aménagement du Territoire du gouvernement. Il était intitulé «Roissy : un mirage Blanc », du nom de Christian Blanc, nouveau Secrétaire d’État au Grand Paris, qui entendait bien sacrifier les terres agricoles du Triangle de Gonesse.

Yann était prof d’économie au lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles et avait publié le seul article paru à l’époque contre Europacity.

J’avais préparé un powerpoint que je n’ai pas pu projeter, car il n’y avait pas d’ordinateur. Sa lecture me laisse un brin nostalgique. Bien des questions sont toujours d’actualité (non taxation du kérosène, transports inutiles, étroitesse de la palette des métiers de Roissy, offres de formation inadéquates, etc…)

A mon entrée dans la salle, j’avais aperçu ce grand mec qui se tenait bien droit, avec sa grande barbe noire et attendait, assis à la table. Je m’étais approchée, je lui avais fait un signe amical accompagné d’un grand sourire. Il n’avait pas bougé. Je m’étais dit : « pas commode, le gars ». Pendant le débat, il ne se tournait jamais vers moi, il n’y avait aucune interaction… J’avais renforcé mon jugement : « qu’est-ce qu’il est désagréable ». A la fin de l’intervention, il s’est penché et a saisi les morceaux de sa canne posés sous son siège qu’il a assemblé en canne blanche. J’ai eu drôlement honte de mon aveuglement : c’était moi qui avait des problèmes de vue ! Alors je suis allée lui faire des excuses et il est parti d’un grand éclat de rire, communicatif. C’est ainsi que nous sommes devenus très amis.

Notre couple était fondé sur le tandem aveugle /paralytique : je le guidais parmi les obstacles et lui me portait mes affaires, car j’avais toujours 15 tonnes de dossiers, classeurs, ordinateur, calculette, etc… Y avait un problème particulier lorsqu’on était sur scène, il se tournait toujours vers moi, d’où venait le son bien sûr, du coup il se mettait sans arrêt de profil et je passais mon temps à le tourner d’un ¼ de tour vers la salle… J’avais pris une voix de fausset dans les aigus et lui avait une voix grave. Quand il était de profil, sa voix grave tombait dans sa barbe et il fallait tout le temps ajuster la balance du son entre nous 2. Autre pb technique : nous n’avions qu’un micro et comme j’étais beaucoup plus petite que lui, il fallait passer son temps à l’enlever et le porter à sa hauteur et le remettre sur son support à ma hauteur. Une véritable gymnastique.

Nous passions des heures au téléphone à commenter l’actualité et nous inventions des tas de blagues, gags, jeux de mots, etc. Nous avons appris 4 sketchs, dont un que nous n’avons jamais joué pour cause de tempête sur le Triangle, qui avait trempé la sono. Mais nous avons commis plusieurs centaines de bouts de sketchs inachevés. J’ai pris des tonnes de notes, malheureusement, m’étant fait voler mon ordinateur, je suis obligée de faire appel à ma mémoire, pour restituer une part infime de nos créations. On se complétais parfaitement, parce qu’il était très bon public et à son contact, mon imagination était stimulée et j’inventais sans arrêt de nouvelles idées. YA choisissait les meilleures et creusait les sillons, en rajoutant de nombreux jeux de mots, commentaires, blagues, etc. Yann avait un humour plus féroce et grinçant que le mien, domestiqué par de sages études dans un cours privé catholique de « jeunes filles de bonne famille »

J’avais une spécialité, c’était d’imaginer des fausses associations, qui donnait lieu ensuite à des courriers, émettant des plaintes administratives et menaçant de recours juridiques.

Nous avions aussi nos têtes de turc, notamment le journaliste Eric Veillon, qui dirigeait un journal qui s’appelait Roissy Mail. Il avait commis un article très méchant contre Bernard Loup, président du Collectif pour le Triangle de Gonesse, qu’il avait traité de « vieux loup » et avait critiqué son éternel militantisme et les pétitions qu’il faisait signer et qu’il jugeait dérisoires. On lui avait réservé un « traitement de défaveur », en mettant à la fin de ses articles des commentaires cinglants sur son canard… Du coup, il avait boycotté nos adresses, mais on en créait de nouvelles pour passer outre et en rajouter une louche. Du coup, quand on faisait nos sketchs et qu’on avait un trou de mémoire, on avait toujours la ressource d’une phrase « revenons à nos moutons… » ce qui nous permettait de meubler et de se remémorer la suite. YA rajoutait « oui faut faire gaffe à nos moutons… ils sont en danger sur le Triangle de Gonesse, avec tous ces loups qui font signer des pétitions … » Un jour, Jean François Wolf a rejoint notre collectif : notre meute de loups était devenue internationale…

Pour un 1er Avril, nous avions dégotté sur internet un rugissement épouvantable (c’était une baleine) et nous avions fait un montage, prétendant que c’était le monstre du Loch Gonesse qui était sorti de son lac souterrain et qui était en fureur contre l’urbanisation du Triangle de Gonesse. On disait avoir été contactés par le monstre, qui tenait absolument à signer notre pétition contre Europacity, parce qu’il voulait garder le monopole de la monstruosité sur le Triangle de Gonesse !!

Dans l’équipe d’Europacity, on se moquait allègrement de Lebon, un dirigeant, auquel on rajoutait systématiquement « très surfait », « pub mensongère »… Il y avait aussi BIG (Bjarke Ingels Groupe) le cabinet d’architecte qui avait gagné le concours d’Europacity. Nous avions trouvé cette blague : « quelle idée quand on veut garder la ligne (sous-entendu le métro 17 Nord) de choisir du BIG… »

JA et YA

JA et YA, SKETCH « EXPLORATION POLAIRE EN EMPLOIS EXTRÊMES »
Le sketch avait été joué au cours d’un colloque ayant lieu à Villiers-le-Bel, qui consistait à « balayer les idées reçues » sur l’emploi et le chômage. Le sketch était concentré sur l’idée reçue : « il faut des emplois pour faire baisser le chômage ».

CONTEXTE
Je n’ai pas encore créé mon concept de « Ville dissociée », mais on constate déjà qu’à Gonesse l’emploi augmente et le chômage aussi. Donc la politique du maire ne sert à rien !

DES POLITIQUES D’EMPLOI CIBLÉES PAR CATÉGORIE
Les politiques de l’emploi sont en train de faire disparaître la conscience transversale de solidarités entre catégories. Le gouvernement, le ministre de l’Emploi tente de séparer les « catégories ».

Les adultes hommes
Il y a débat sur les jeunes qui « ne veulent pas travailler » et qui préfèreraient rester chez Papa-Maman, dans la « famille Providence », qui aurait remplacé « l’Etat providence ». Du coup les actifs insérés sont obligés de surtravailler pour répondre à la demande.

Les temps partiels contraints. Ceci pose la question du « travail gratuit » des Femmes, qui les empêche d’exercer des emplois à temps plein. La loi sur la parité en politique a été durcie. Du coup, Fabius s’est cru autorisé à une plaisanterie de mauvais goût sur « qui c’est qui va garder les enfants ? »

Tous les boulots du « halo du chômage ». L’invention des « auto-entrepreneurs de Sarko a fait exploser le nombre concerné, de gens qui ne sont pas comptés dans les chômeurs et pourtant qui sont extrêmement précaires. Il y a maintenant des CDD extrêmement courts qui permettent de sortir les chômeurs des statistiques (ce que nous appelons les « courts de chez court, façon Roland Garros).

Les chômeurs proprement dit, que j’appelle les « Polaires », ceux qui refroidissent à Pôle Emploi.

EXPLICATIONS DU SKETCH
1/ J’avais prévu de tenir une pancarte avec mon idée reçue inscrite, mais j’ai pas eu le temps de la faire.

2/ Il y a une allusion au Conseil Général à qui j’ai reproché de ne pas avoir compté les chômeurs sur une carte par commune qui fait l’impasse sur ceux-ci. Nous avions écrit pour protester. On nous avait fait remarquer : ’ce n’est pas possible de compter les chômeurs, pcq ils n’ont pas de lieu de travail précis’. Malheureusement, YA a oublié ce passage. Donc on ne comprend pas dans son intervention le lien entre les chômeurs et tous les emplois qu’on appelle « nomades » (infirmière à domicile, taxi, VRP, etc…) qui n’ont pas de lieu de travail précis, et qui sont sans aucun problème comptés à leur domicile. Ainsi, l’argument ne tient pas.

3/ Il y a aussi une allusion aux articles très désagréables de Roissy Mail, qui avait osé traiter Bernard Loup de ’vieux loup’, perdant son temps à ’faire signer des pétitions’. Du coup, on ironise sur cette histoire de loups qui font signer des pétitions.

4/ Il y a enfin une allusion à Dalstein (dr d’Europacity) qui nous avait accusé aux débats de la CNDP de ’faire de la politique’ et de ne pas être neutres (comme si Europacity l’était !!).`

QUELQUES PROJETS IMAGINÉS SUR LE TRIANGLE DE GONESSE

Le projet DÉCIBEL, une École du « Bruit et de la Fureur ». Avec production de couacs, larsens, franchissement du mur du çon, etc… en réponse à la présidente du département du Val d’Oise qui voulait implanter la Philharmonie sur le Triangle

Le projet BERMUDES, un centre d’objets perdus ( huile de vidange du circuit de formule 1, balles perdues du stade Roland Garros, quadrature triangulaire de l’Exposition universelle…)

Le projet EXTERMINATOR, un centre de déradicalisation des idées reçues, avec stages de décontamination obligatoires pour les responsables politiques

Le centre de VACCINATION contre la Bêtise, ouvert 24 H/24 et 7 j /7 compte tenu de l’affluence

Le laboratoire du VIDE, spécialisé sur la recherche du zéro absolu, dans le tunnel Le Bourget-Triangle de G.

QUELQUES CRÉATIONS D’ASSOCIATIONS

Le CUL… PFF… !!! = Le Collectif Unitaire des Lombrics de la Plaine de France Fertile, qui se plaignait de la concurrence déloyale des chantiers du Grand Paris Express alors qu’ils creusaient gratuitement des tunnels depuis des dizaines de milliers d’années. Dans des conditions de travail inacceptables 24 h/24 et 7 j /7, dimanches et jours fériés.

Le CUTTER, le Collectif Unitaire des Taupes des Terres de France, qui voulaient creuser les galeries marchandes d’Europacity, mais qui n’avaient pas obtenu le marché public. Elles avaient été également recrutées par Bouygues pour creuser les trous du golf de Roissy, mais elles avaient attrapé une maladie professionnelle, le syndrome de la guerre du golf.

Le MLPO, Mouvement de Libération du Petit Oiseau prisonnier dans le logo d’Auchan…

Ja
Retour en haut de la page

Jean François WOLFF
Contrairement à beaucoup de celles et ceux qui sont dans le deuil aujourd’hui, je n’étais pas un vieux compagnon de route de Yann.
J’avais fait sa connaissance il y a 9 ans, en entrant dans le Conseil d’Administration du Collectif Pour le Triangle de Gonesse, association citoyenne dont il était un des piliers les plus actifs, en dépit de sa cécité déjà bien installée. En 2015, il était encore en activité, professeur au lycée Jean Jacques Rousseau de Sarcelles, commune assez proche de celle de Gonesse, qui a donné son nom au triangle objet de toutes nos sollicitudes militantes.

Le Triangle de Gonesse, pas n’importe quel triangle, en effet, parmi tous ceux que forment les routes convergeant vers Paris ! …Situé à peine à 10 km de la capitale au nord-est, il est coincé entre 2 aéroports (Le Bourget au sud-ouest et Roissy au nord-est), raison nécessaire et suffisante pour que toute habitation y soit interdite, à cause du passage incessant des avions à basse altitude, des nuisances et des risques qui en découlent. Par conséquent, à part, à sa pointe sud, une zone d’entrepôts employant peu de personnel, le Triangle de Gonesse n’a jamais pu être construit. Il est donc resté pour une grande part en terres agricoles, les dernières avant d’entrer dans Paris, et parmi les plus fertiles de France, son sol (limons éoliens du Bassin Parisien) pouvant atteindre jusqu’à 6 mètres de profondeur.

Quand j’ai connu Yann, le CPTG, créé en 2011, se battait déjà pour sauvegarder le caractère agricole du Triangle, et tâcher de le préserver de l’urbanisation que la municipalité de Gonesse et les « décideurs » de la Région Ile de France appelaient de tous leurs vœux.
A l’époque, la menace de bétonnage s’appelait Europa City. Projet délirant, porté par Auchan, d’un centre d’attractions et de galerie marchande tout à la fois, qui ambitionnait, entre autres excentricités énergivores et écocides, un aqualand et … une piste de ski !…
Grâce aux efforts tenaces du CPTG et de soutiens associatifs de plus en plus nombreux au fil des mois, ce projet mégalo a fini par capoter en 2019. L’état, jusque-là très favorable, s’étant enfin décidé à lui donner le coup de grâce en l’annulant officiellement. Auparavant, le vent de l’opinion et de la société civile avait tourné significativement grâce à nos soins diligents d’information auprès du grand public, et de contestation aussi radicale qu’argumentée face aux élus locaux et aux promoteurs.
Malheureusement, cette victoire déterminante ne nous a pas fait pour autant gagner définitivement la guerre contre les bétonneurs !… Face à l’entêtement rétrograde de la municipalité de Gonesse et de la Société d’aménagement du Grand Paris, toujours soutenues par l’état, et inventant inlassablement de nouveaux grands projets aussi inutiles et imposés que d’un autre temps, la lutte continue.
Mais depuis 2019, c’était sans Yann. Peu de temps après l’annulation d’Europa City, il a déménagé à la faveur de son départ à la retraite. Il est retourné vivre sur la terre de son enfance, là où il va reposer, désormais.

C’est donc pendant le combat contre Europa City, entre 2015 et 2019, que j’ai pu apprécier son dynamisme, sa ténacité, la force de ses convictions politiques et écologistes, son militantisme infatigable…en dépit d’une mobilité réduite par la cécité, qu’il gérait avec autant de courage que de pudeur, mais aussi, au besoin, avec humour, l’un de ses traits de caractère les plus constitutifs.
Mobilité réduite ou pas, il assistait à presque toutes les réunions mensuelles de notre conseil d’administration. Pendant toute une période, elles ont eu lieu dans une salle municipale d’Arnouville les Gonesse, commune voisine, comme son nom l’indique…qui soutenait sans réserve le projet Europa City !!!…Nous devions ce lieu situé en plein « territoire ennemi » aux bons soins de Yann. Dans sa déclaration à la mairie pour l’obtention de la salle, il faisait croire que nos réunions étaient celles de « Tout le monde il est bio », qu’il avait fondé et qu’il présidait. Cette association fournissait , en circuit court, le secteur en légumes et en fruits bios, comme l’indiquait son nom, où l’on reconnaissait bien la marque de fabrique de Yann et sa prédisposition pour le calembour et le clin d’œil verbal. Les jours de réunion, une condition drastique, la seule et unique de toute la soirée : faire attention à ce que nous disions dans les couloirs de la maison communale avant d’entrer dans la salle et en en sortant…. Une fois dedans, grâce à Yann, confort d’installation et liberté de parole assurés !.. Cela a pu durer ainsi jusqu’à son départ dans le Sud…
Pendant la même période, Yann venait aussi régulièrement aux réunions du débat public, dont nous avions pu arracher de haute lutte la tenue à la famille Mulliez, dynastie marchande qui s’abrite discrètement derrière la marque Auchan, et qui était à l’origine du projet Europa City. Depuis 2 ou 3 ans, en effet, elle « trainait des pieds » dans la constitution du dossier pour tenter d’échapper à la confrontation avec la société civile et une opinion publique qui ne recevrait pas que sa « com » purement publicitaire.
Lors de ces séances sous l’égide de la CNDP, Commission Nationale du Débat Publique, ce n’était pas rare d’entendre s’élever la voix forte de Yann ! …Comme on peut le deviner aisément, il ne reculait jamais devant la perspective de pousser un coup de gueule… Mais quand il le faisait, c’était toujours pertinent … et percutant …

Bien entendu, il ne pouvait pas être présent à nos actions les plus physiques, comme par exemple distribuer des tracts sur les marchés.
Mais c’était largement compensé par ce qu’il faisait dans le cadre de ses cours en tant qu’enseignant. Ainsi, scandalisé par l’ingérence de la « propagande » d’Europa City jusque dans son lycée, où les promoteurs du projet avaient leurs petites et grandes entrées grâce à la complaisance de la direction, Yann s’était mis en devoir, afin de rétablir l’équilibre au sein de la controverse, d’organiser dans ses classes des séances d’information et de travail où les enjeux écologiques et environnementaux du Triangle trouvaient, enfin, toute leur place.
De même il coopérait activement aux échanges de mails incessants entre membres du CA, pour préparer les réunions, ou prendre des décisions urgentes dans les intervalles. Ces discussions par courriel, passionnées, interminables, n’allaient pas sans fatigue ni tension, face à un adversaire qui, fort de son gros budget et de ses soutiens haut placés, ne voulait absolument rien lâcher.
Dans ces débats au long cours un peu éprouvants, Yann incrustait sans vergogne une badinerie qui avait au moins le mérite de nous redonner le sourire et de remettre entre nous un peu de légèreté…C’est ainsi que, sous sa plume facétieuse, parfois acérée, voire féroce, Valérie Pécresse, la présidente de la Région Ile de France, devenait « Valérie La Pécheresse », Europa City le « monstre du Loch Gonesse » et Facebook « Face de bouc » …Quand ce n’était pas… « fesse de… » Quant à Dalstein, le maître d’ouvrage mandaté par Auchan, c’était Dalle de pierre, à partir de quoi il n’y avait plus qu’un pas jusqu’à « Pierre tombale », vite franchi par Yann, on s’en doute.

Mais n’en restait pas là. Pour servir la défense du triangle de Gonesse, Il avait poussé son sens de l’autodérision et du burlesque jusqu’à son stade ultime : le clown !…
Pour pointer par le rire les délires mégalos, la distillation des rêves bons marchés du consumérisme, ainsi que la spéculation immobilière qui se cachait derrière, le clown Ya, et la clownesse Ja, sa comparse, avaient choisi de fustiger effrontément tout ça sur scène, lors des événements « Portes ouvertes » organisés par le CPTG. Ja, alias Jacqueline Lorthiois, membre du CA elle aussi, brillante chercheuse, tout à la fois géographe, démographe, sociologue, statisticienne (et j’en oublie…), ayant souvent, pendant le débat public, battu en brèche haut la main les boniments trompeurs de nos adversaires…Un peu, faite femme, ce que Yann était en tant qu’homme : deux creusets rares, où la verdeur du langage, la truculence, la propension salutaire à « mettre les pieds dans le plat » et au coup de gueule (Décidément on y revient ! …) font très bon ménage avec une immense culture, un très haut niveau intellectuel et, plus encore, une grande conscience morale.
Cette symbiose peut sans doute se résumer, pour l’un comme pour l’autre par la formule suivante : prendre très au sérieux ce que l’on fait, mais ne surtout pas se prendre trop au sérieux soi-même.
A preuve, une capacité extraordinaire chez tous les deux à prendre de la distance vis-à-vis de ses malheurs, voire, à en rire : lui aveugle, elle lourdement polyhandicapée appelaient leur binôme clownesque « l’aveugle et le paralytique » !…
.
Atypique, assurément, Yann l’était et l’assumait pleinement. Ce non-conformisme pouvait même parfois aller jusqu’à la non-conformité… Ainsi vis-à-vis de nos règles d’envoi de courriel, prohibant catégoriquement tout mail sans rapport étroit avec la raison d’être du collectif. Et bien Yann nous inondait d’informations politiques, sociologiques, philosophiques généralement de grand intérêt…. Mais complètement hors sujet pour le groupe ! ….
A ma connaissance, personne ne s’en est jamais ouvertement formalisé…Signe tacite de déférence pour ce qu’il avait de particulier ???!… Pour la place de poids qu’il tenait parmi nous, tantôt prééminente, tantôt discrète, lui qui savait aussi se taire longtemps en assemblée ???!…Ou bien, tout simplement, résignation, de guerre lasse, face à cette « forte nature » qui se jouait parfois gaillardement des conventions ???!…
Toujours est-il que ses envois se sont poursuivis après son départ de la Région parisienne, jusqu’à une date récente, celle, nous le savons maintenant, que son état de santé déclinant lui a permise. Envois toujours riches, toujours instructifs, donc suffisamment profitables, en dépit de leur surabondance et de leur décalage par rapport au cœur de cible du PTG, pour que je continue de les accepter de bonne grâce. Il n’empêche que leur déferlante quotidienne m’a fait plus d’une fois soupirer, et parfois même franchement rouspéter !
Mais maintenant que je sais que l’interruption est définitive, je ressens surtout un grand vide !… D’abord parce que c’était réellement de « l’info qui informe », comme il était le premier à le dire. Ensuite, parce que sa liste de contacts, dont nous étions, c’était tout un symbole. Comme son blog, Leurre de vérité (Encore un jeu de mots bien de son cru …), comme « La Gauche Cactus », où il écrivait des articles. Le symbole d’une volonté de vigilance, un véritable mouvement de résistance intellectuelle contre la désinformation et le décérébration ambiantes…
A la fois éclectique et d’une grande cohérence, Yann était haut incontestablement en couleurs, lui qui ne les voyait plus depuis déjà un certain temps, mais qui continuait de percevoir si bien toutes les couleurs de la Vie.
Alors, Yann, merci pour ton message d’amour de la Planète, de l’Humanité, que tu affectionnais bien plus que tes airs parfois un peu bourrus pouvaient le laisser supposer. Merci pour ton exemple de résilience, de courage face à l’infirmité et à la maladie. Merci pour l’immense corpus de textes, d’articles, pour tout ce que tu nous laisses d’humanité en héritage…
Par ce leg inestimable, par ton souvenir indéfectible, tu continueras d’être un peu à nos côtés sur ce chemin d’avenir qui s’étend devant nous,
JF Wolff
Retour en haut de la page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.