Bondy

Conseil Municipal du 7 avril 2016 – Voeu Europa city

Au Conseil Municipal du 7 avril 2016, la majoritĂ© a prĂ©sentĂ© un vƓu s’opposant au projet « Europa City », vƓu Ă  l’initiative du groupe EELV et votĂ© Ă  l’unanimitĂ© par le Conseil Municipal.

« Immochan, la filiale immobiliĂšre du groupe Auchan, prĂ©sente Europa City comme « un Ă©quipement de nouvelle gĂ©nĂ©ration qui conjugue une offre diversifiĂ©e, Ă  la fois ludique, culturelle, commerciale et touristique »au Sud de Gonesse. Techniquement, c’est un centre commercial associant des « expĂ©riences », notamment autour de « l’art de vivre europĂ©en » Ă  un parc d’attraction, un parc aquatique, des grands magasins, une grande halle d’exposition, des salles de spectacle, des hĂŽtels thĂ©matiques, des restaurants, une station de ski sur neige sur 800 000 m2 de constructions rĂ©parties sur 80 hectares. Le projet prĂ©voit d’attirer 30 millions de visiteurs annuels, crĂ©er 12 500 emplois directs, sur les 4 ans de la phase de construction, puis 11 500 emplois en phase d’exploitation. Le tout pour un montant estimĂ© Ă  plus de 3 milliards d’euros.

D’un point de vue environnemental, Europa City aboutira Ă  l’artificialisation de 80 hectares de terres agricoles Ă  forte rĂ©serve en eau et assurant des rĂ©coltes abondantes (blĂ©, maĂŻs, colza et betteraves), par ailleurs dĂ©clarĂ©es inconstructibles Ă  cause du plan d’exposition au bruit des deux aĂ©rogares.

Ce projet est Ă  contre-courant du re-dĂ©veloppement des circuits courts qui nourrissent les populations locales tout en diminuant les Ă©missions de gaz effet de serre de nos territoires. Enjeu d’autant plus majeur pour une rĂ©gion aussi densĂ©ment peuplĂ©e qu’est l’Île-de-France et qui est appelĂ©e Ă  l’ĂȘtre toujours plus.

Quant aux dĂ©placements, si la ligne 15, encore Ă  l’état de projet, abreuvera Ă  terme Europa City, une autre moitiĂ© s’y rendra en voiture, se garera sur d’immenses parkings, construits sur des terres arables d’une qualitĂ© exceptionnelle.

Europa City deviendra un immense gĂ©nĂ©rateur d’émissions de gaz Ă  effet de serre, tant par sa construction que par son exploitation,  en incohĂ©rence totale avec l’objectif national de rĂ©duction prĂŽnĂ© par la COP 21, la loi de transition Ă©nergĂ©tique et les Plans Climat locaux.

D’un point de vue Ă©conomique, nous interrogeons l’opportunitĂ© et la viabilitĂ© de ce projet pharaonique. Dans un rayon de 20 km, de nombreux gros centres commerciaux existent dĂ©jĂ , dont certains prĂ©sentent des locaux vides et un turn over important d’enseignes : Parinor, Rosny 2, AĂ©roville, Qwartz, Domus
 Nous sommes convaincus en outre qu’Europa city ne pourra pas capter la clientĂšle de touristes en transit sur Roissy car AĂ©roville, ouvert depuis 2 ans, a dĂ©jĂ  Ă©chouĂ©, prĂ©sentant un dĂ©ficit de 5 millions de visiteurs annuels.

Les touristes en transit ne seront pas assez nombreux pour faire vivre le centre commercial et les promoteurs ne pourront pas compter sur les riverains pour compenser le manque de frĂ©quentation : 24,6 % des habitants de Gonesse vivent sous le seuil de pauvretĂ©, 25,1% Ă  Aulnay, un taux de chĂŽmage Ă©levĂ©, les habitants des villes voisines ne dispose pas d’un pouvoir d’achat suffisant.

Il faut bien noter que chaque agrandissement ou nouvelle ouverture d’un grand magasin dans la rĂ©gion porte un nouveau coup Ă  l’activitĂ© des petits commerçants et artisans qui rendent de nombreux services aux populations. Notre commune a produit des efforts financiers trĂšs importants pour crĂ©er un vĂ©ritable cƓur de ville, avec l’installation de nouveaux commerces et bientĂŽt d’un marchĂ©. Notre centre-ville est aujourd’hui un lieu d’échanges, de lien social, de vivre ensemble. Il est Ă©galement prĂ©vu de crĂ©er des liaisons Ă©conomiques avec les artĂšres commerçantes situĂ©es en continuitĂ© du centres jusqu’à des pĂŽles de commerces excentrĂ©s, comme la place Neuburger, le pĂŽle gare (en passant par la rue de la RĂ©publique) ou l’avenue Varagnat. Nous n’accepterons pas que ces efforts soient mis Ă  mal.

La promesse, irrĂ©aliste, de crĂ©ation de 11 500 emplois ne peut pas non plus justifier ce projet.  les entreprises franciliennes dĂ©plorent de grandes difficultĂ©s dans le recrutement (cuisiniers, agents de maintenance, maitrise de magasins, jardiniers, vendeurs en produits alimentaires
), et le vivier de salariĂ©s reste faible. Il n’y aura donc aucune crĂ©ation d’emploi au bĂ©nĂ©fice des riverains  et Europa city n’entrainera qu’un simple dĂ©placement gĂ©ographique de postes.

Pour nous faire accepter ce nouveau projet, on pratique ainsi un odieux chantage Ă  l’emploi, sans prĂ©ciser que des centaines d’emplois disparaitront dans les petits commerces de proximitĂ©.

Pour toutes ces raisons, Ă  la fois Ă©conomiques et Ă©cologiques, Ă  une pĂ©riode oĂč les communes tentent dĂ©sespĂ©rĂ©ment de crĂ©er des centres villes ou simplement de les reconquĂ©rir, les Ă©lus de la majoritĂ© municipale s’opposent Ă  la mise en chantier du projet Europa City. »